“Contemporary Tango Trilogy” est une déclaration d’amour pour la vie.

ALEJANDRO FASANINI, “LA TRILOGIE DE TANGO CONTEMPORAINE” EST UNE DÉCLARATION D’AMOUR POUR LA VIE. L’ENTRETIEN FATTITALIANI
Trois heures de musique, 37 compositions originales dans “Contemporary Tango Trilogy”, une trilogie qui voit le jour après de nombreuses années de travail, exactement vingt ans après son premier album de tango “Reo que confiesa” avec qui a remporté une mention honorable dans le “Certamen Hugo del Carril” de la ville de Buenos Aires. Le compositeur Alejandro Fasanini en parle à Fattitaliani. L’entrevue.

Commençons par la présentation de l’événement qui se déroulera dans les Marches. Comment se déroulera-t-il?
Une grande fête: la trilogie de tango contemporain et l’orchestre “Hijos ilegítimos de Astor”, composés d’excellents musiciens, je dirais magiques, sont nés il ya vingt ans, quand je suis arrivé en Italie. Les Italiens ont ouvert leurs cœurs et m’ont accueilli! Au cours de toutes ces années, j’ai rencontré des gens formidables: d’abord en tant que public, lors de concerts, puis, petit à petit, avec beaucoup d’entre eux, une relation personnelle est née, je crois pour l’amour de cette musique. Pour cette raison, il semble bien d’organiser cette fête et de les inviter à la naissance de la “Trilogie du tango contemporain” qui, au terme de ces vingt années de gestation, s’est enfin terminée, divisée en trois disques: “Tentación-Intuición-Contemplación”. 37 compositions, trois heures de musique.


Combien de “Trilogie de Tango Contemporain” englobe et résume votre carrière et votre musique?
En 1999, mon premier disque de tango est sorti, “Reo que confiesa”. Fondamentalement, un disque de chansons en espagnol. La même année, je suis venu en Italie et j’ai réalisé que mes mots, ma langue, ne fonctionnaient plus ici. J’ai donc commencé à composer uniquement de manière instrumentale. La distance qui me sépare de Buenos Aires, ma ville natale, et mon séjour en Italie ont été les protagonistes. Dans le premier disque de la trilogie, “Tentación Tango”, Buenos Aires est très présent; puis, peu à peu, la culture italienne, et avec elle je me réfère à ses détails, et je reviens toujours aux gens, à leur intensité, à leur manière spontanée et à leurs désirs, elle m’a complètement infectée. Donc en gros, il m’est arrivé de vivre à travers la musique. La “trilogie de tango contemporain” est pour moi à la fois un baptême et une déclaration d’amour pour la vie.

Quand as-tu abordé la musique pour la première fois? Il dit …
J’ai eu la chance d’étudier la musique dès la maternelle, puis à l’école primaire; après quoi je suis entré dans le conservatoire. Mais je n’ai jamais cessé d’étudier: ces trois dernières années, par exemple, j’ai déménagé à Madrid pour étudier avec le maestro Luis de Pablo, artiste et artiste merveilleux. J’aime trouver des maîtres dans la vie.

Et la première fois en tant que professionnel?
J’étais jeune et mon premier instrument était le saxophone ténor. J’ai donc fait quelques concerts en jouant des standards de jazz à Buenos Aires.

Parlez-nous de vous, de vos origines …
J’ai commencé à vivre seule très jeune dans les rues de Buenos Aires, des choses de la vie. Peut-être que pendant ces années, c’était un peu difficile, mais même là, j’ai trouvé des gens merveilleux qui sont devenus ma famille, ces gens que nous appelons amis! Même jouer m’a gardé en vie.

Et votre relation avec l’Italie?
Ma relation avec l’Italie: Un samedi, dansant dans une milonga à Buenos Aires, je connais une Italienne de la région des Marches. Nous avons passé un mois ensemble puis elle est rentrée sur ses terres, ici en Italie. Nous nous entendions sans cesse par courrier électronique et au bout de quelques mois, je suis venu lui rendre visite. La chose particulière est que je ne suis jamais retourné à Buenos Aires et je ne peux pas dire la raison précise. Cependant, une belle histoire d’amour qui a duré quelques années.

Sur le plan musical, voyez-vous des mouvements et des propositions intéressants autour de vous qui stimulent davantage la créativité?
Je pense que c’est plus qu’intéressant pour un compositeur de savoir, d’écouter, ce que font ses contemporains. Je reçois le stimulus principal de gens comme “Irena Sendler”, “Berta Cáceres” “Masanobu Fukuoka”, jusqu’à “Ipazia di Alessandria”; Grâce à leur vie, j’ai composé et je leur ai consacré certaines de mes compositions. Mais les faits sont aussi une source d’inspiration, comme le massacre de Beslan, par exemple: j’ai composé une berceuse dédiée aux 186 enfants morts. Dans ce cas, ma tâche, à travers l’art, consiste à éviter la répétition de choses folles comme celles-ci.

Que souhaiteriez-vous pouvoir essayer d’écouter votre musique?
Chaque manifestation de la vie est sacrée et a sa propre sensibilité; si ma musique peut aider à considérer cette idée, ce serait déjà une joie pour moi.

Giovanni Zambito

http://www.fattitaliani.it/2019/07/alejandro-fasanini-contemporary-tango.html#more

Comments

comments

Posted in Review.